Une monnaie de 10 mark en or trouvée en Normandie

Publié par Bastien Doras, le 5 mai 2022   140

Trouvée en Normandie, près de Vendeuvre, par un détectoriste, cette monnaie nous permet de découvrir des faits historiques que vous ne connaissiez peut-être pas au sujet de la ville d’Hambourg. La monnaie témoigne du paradoxe de cette ville attachée à son passé libre alors qu’elle vient toutefois d’intégrer le nouvel Empire Allemand.

Quand la légende d’une monnaie en dit long sur l’histoire d’une ville !

Il existe plusieurs pièces de 10 marks en or frappées en 1875. Certaines sont bien entendu à l’effigie du Kaizer Guillaume 1er mais la plupart sont propres à chaque «état» de l ’ Empire Allemand. La monnaie, trouvée par un prospecteur avec un détecteur de métaux, porte la légende «Freie und Hansestadt Hambourg» (« Ville libre de la Hanse ») qui renvoie à son histoire médiévale.

En effet, on désignait par Hanse, un groupe de marchands jouissant de certains privilèges, souvent sous forme de monopole, et en particulier, les marchands de Hambourg qui sont désignés par ce nom de Hanse pour la première fois en 1266 alors qu’ils contrôlent le commerce maritime sur la Baltique et la mer du Nord. Cette légende renvoie également à l’histoire de Hambourg au début du XIXème siècle.

En effet en 1806, après la dissolution du Saint-Empire romain germanique, Hambourg obtient la pleine souveraineté et se proclame désormais «Freie Hansestadt». Mais quelques mois plus tard, après leurs victoires à Iéna et à Auerstaedt, les troupes françaises de Napoléon Bonaparte occupent la ville. Le blocus continental, instauré par l’empereur, cause un grand dommage au commerce et au port de la ville. La ville libre est incorporée dans l’Empire français comme « département des Bouches-de-l’Elbe ».

Elle connaît un déclin marqué durant l’occupation française. En 1813 et 1814 la ville est assiégée par la 6ème coalition. Après la défaite des français, le congrès de Vienne garantit la souveraineté de la ville qui entre dans le Bund (Confédération Germanique). La France, en déclarant la guerre à la Prusse le 19 juillet 1870, permet de fédérer tous les États allemands autour d’un ennemi commun.

La défaite française débouche sur la proclamation de l’Empire allemand le 18 janvier 1871 dans la galerie des Glaces du château de Versailles, avec Guillaume Ier de Prusse à sa tête, entraînant également l’annexion de l’Alsace et du nord de la Lorraine, dont la région de Metz. L’unité allemande s’est faite « par le haut et par la guerre », comme le souhaitait Bismarck. Voilà pourquoi de nombreuses pièces allemandes sont trouvées dans l’est de la France ! Entre temps, en 1871, Hambourg entrait dans l’Empire allemand et devenait Bundesstaat des Deutschen Reiches (« État fédéral de l’Empire allemand »), mais conservait son autonomie douanière…

On retrouve de nouveau cette histoire de privilège commercial qu’on a abordée au début de l’article ! L’avers atteste de l’appartenance d’Hambourg au «Reich Allemand» à cause de la légende «Deutsches Reich» alors que son revers rappelle son glorieux passé «libre» ainsi que sa souveraineté douanière.