Yann Paquier : Comprendre et baliser les algorithmes numériques

Publié par Fête de la Science en Normandie, le 28 juillet 2017   1.1k

Xl fs17 ypaquier

Les recherches de Yann Paquier, doctorant en 2ème année au sein Centre de recherche sur les droits fondamentaux et les évolutions du droit (CRDFED) sont en phase avec l’époque. Yann espère faire avancer nos droits, fragilisés par cette ère numérique.

 Originaire d’Argentan, Yann Paquier se destine assez naturellement à des études de droit, ayant "toujours été fasciné par les règles qui régissent la société ". Après une licence de droit public, il se dirige vers un master 1 en droit public général pour être "formé à tout" et poursuit avec un master 2 en droit des organisations politiques. En parallèle, il débute un contrat à temps partiel en cabinet d’avocat. Pendant 3 ans, il effectuera du secrétariat juridique et des recherches sur des points de droit. C’est en travaillant sur un dossier pour le cabinet qu’il a le déclic : "Je devais m’informer sur le “délégué à la protection des données”. Ce nouveau métier peut constituer une spécialisation pour les avocats. Il s’agit d’aider les entreprises à rassembler et comprendre les données numériques pour se mettre en conformité avec la loi Informatique et libertés (1978) ou identifier les comportements à risque. Ça m’a plu : je suis passionné de nouvelles technologies et cette fonction se situe à cheval entre le droit et l’informatique." 

De là à se lancer dans une thèse en rapport avec ce sujet, il n’y a qu’un pas que Yann Paquier franchit rapidement. "J’ai obtenu mon allocation recherche en 2015. Mon sujet s’est depuis affiné et s’intitule : “Le droit à la transparence des algorithmes : un principe directeur à l’ère numérique.” 

Pour résumer, nos données sont collectées sur Internet de façon automatisée, sur la base d’algorithmes, fondés sur les choix des informaticiens qui les conçoivent. Or, on ne peut pas contrôler tous ces algorithmes pour la simple raison qu’ils ne sont pas lisibles par tous. "Mon objectif est donc de travailler avec des informaticiens et des programmeurs pour comprendre ce qui est possible et impossible de leur point de vue. Je pourrai ainsi montrer le rôle joué par les algorithmes et déterminer quelles règles leur sont applicables. La définition de ces nouvelles règles doit se faire en collaboration avec l’État et les acteurs du numérique." 

Après sa thèse au Centre de recherche sur les droits fondamentaux et les évolutions du droit (CRDFED), Yann entend exercer en entreprise où son expertise sera, sans le moindre doute, très utile. 

Propos recueillis par Marianne Riou.
Crédits : Relais d'sciences/M. Riou (DR).