Communauté

Réflexion.s

Redécouvrir une figure oubliée de la littérature

Publié par CNRS Délégation Normandie, le 15 février 2022   470

Justine Richard est doctorante au laboratoire Lettres Arts du Spectacle Langues Romanes (LASLAR), à l’Université de Caen Normandie. Elle étudie les œuvres de Jean Richepin, auteur du XIXe siècle, de leur production à leur réception.

En lisant des ouvrages sur Georges Brassens, Justine découvre que deux de ses chansons sont des reprises de poèmes de Jean Richepin. Elle effectue des recherches sur cet auteur mais elle est rapidement déçue : il n’y a rien. Elle choisit alors d’étudier cet auteur dans le cadre de son master en se concentrant sur sa production de nouvelliste. Elle décide ensuite de poursuivre ce travail en doctorat en élargissant son champ de recherche à l’intégralité de la vie et de l’œuvre de Jean Richepin.

En 1876, Jean Richepin publie un recueil de vers intitulé La Chanson des Gueux. Rapidement, la célébrité de l’auteur en fait un bourgeois assis : il se marie, devient propriétaire et finit par quitter Paris pour finir ses jours en Bretagne. Pourtant, la critique journalistique de l’époque s’est toujours attachée à conserver l’image que Jean Richepin avait laissée au Quartier Latin. Les journaux conservent jusqu’à la mort de l’auteur en 1926 des descriptions d’auteur bohème.

Justine s’attache à montrer que la critique s’est focalisée sur une petite partie de la vie de l’auteur, créant autour de lui un véritable « mythe » dont il a profité pour faire sa publicité. L’auteur serait aujourd’hui pris au piège d’un cliché dont il a lui-même développé la pellicule.

Justine Richard est l'une des ambassadrices du programme "Réflexion.s" imaginé par Normandie université, Le Dôme et le CNRS Normandie. Elle anime le compte du 21 au 27 février 2022.

Son parcours

2015: Baccalauréat littéraire

2015-2018: Licence de lettres modernes

2018-2020: Master arts, lettres et civilisations parcours lettres

2020: Première année de doctorat

Crédits photos : Normandie université / A. Bonin (DR)