Evènements

Socio-musicologie des Musiques Populaires · autour de Gabriel IMPROTA

Le guitariste et musicologue brésilien Gabriel IMPROTA est l'invité de l'université de Caen Normandie pour deux soirées thématiques sur l’histoire sociale des musiques populaires.

Conférence-concert  “La guitare brésilienne dans l’histoire de l’industrie musicale”

 19 novembre · 17h-19h

 amphithéâtre de la MRSH  | campus 1  | esplanade de la paix  | CAEN
avec Gabriel Improta França (UNIRIO) et Vassili Rivron (UNICAEN)

Loin d’être une tradition figée, la musique brésilienne évolue dans ses rythmes et ses instrumentations au gré des transformations sociales, économiques et technologiques de l’industrie culturelle. Le guitariste et musicologue Gabriel Improta propose un parcours à la fois plaisant et réflexif parmi les principaux auteurs, œuvres et lignes de tension qui ont structuré l’idiomaticité de la guitare authentiquement brésilienne au cours du siècle dernier.
Les transformations esthétiques seront mises en rapport aux reconfigurations de l’industrie culturelle dans ce pays, par l’analyse et l’illustration instrumentale des morceaux emblématiques de Garoto, Baden Powell, Edu Lobo et Egberto Gismonti, entre autres.

Conférence-débat "Deux manifestes pour une samba moderne : bossa nova et samba-jazz à l’ère du vinyle"

20 novembre · 17h-19h

amphithéâtre du Campus 3 | IUT de Caen  | rue Anton Tchekhov  | IFS

La musique brésilienne connue en France résulte d’actes de modernisation particuliers qui ont eu lieu à un moment qui est comparable en bien des aspects à la crise récente de l’industrie du disque, affectée par l’informatisation de la culture.

L’“âge d’or de la radio“ avait joué un rôle central dans la consécration de la samba comme musique nationale et dans sa valorisation esthétique au Brésil. Le déclin de ce monde de l’art à partir des années 1950 et la reconfiguration progressive de l’industrie musicale autour du disque et de la télévision, dans un contexte d’internationalisation du marché de la musique brésilienne, ont redéfini les aspirations et les stratégies professionnelles et esthétiques des artistes.
L’analyse de cette reconfiguration sera effectuée en partant d'un matériel diversifié (enregistrements, iconographie, témoignages, critiques, statistiques, …) pour comparer les trajectoires biographiques et deux œuvres emblématiques de Tom Jobim (desafinado) et Moacir Santos (Coisas n°5/Nanã). Ces artistes ont incarné, parmi d’autres, deux propositions concurrentes de modernisation de la samba  au succès inégal : la bossa-nova et le samba-jazz.


du
nov. 19 2018
au
nov. 20 2018