Conférence « Grands Témoins » au Lycée agricole du Robillard : une sensibilisation des apprenti·e·s et lycéen·ne·s de la Région Normandie au bien-être des animaux d’élevage

Publié par LIT OUESTEREL, le 8 mars 2022   110

Le 9 décembre 2021, le Dôme organisait en partenariat avec l’association du LIT OUESTEREL la première rencontre « Grands témoins » de la saison 2021/2022. Près de 200 apprenti·e·s et lycéen·ne·s Normands se sont rendus au lycée agricole du Robillard pour en apprendre davantage sur les enjeux liés au bien-être des animaux d’élevage et échanger avec les professionnels invités pour l’occasion.

Pour commencer, un peu d’histoire …

Hervé Guyomard, Directeur de recherche à l’Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (INRAe) et Président de l’association LIT OUESTEREL, a retracé succinctement les grandes évolutions de l’élevage depuis la seconde guerre mondiale. Si les choix techniques et politiques aux sorties de la guerre ont permis d’endiguer les pénuries alimentaires, elles ont aussi participé à une surproduction à partir du milieu des années 1980. Les années 1990 ont vu les déséquilibres s’accentuer : impacts négatifs des systèmes de productions intensifs, soutiens budgétaires inégalitaires, comportements alimentaires modifiés. En ce début d’années 2020, l’agriculture Normande, Française et Européenne vie une mutation profonde et doit faire face à de nombreux défis difficilement conciliables. Ces défis vont bien au-delà des systèmes agricoles : nos modes d’alimentation vont devoir être repensés, ce qui impactera les systèmes agricoles sur toutes les dimensions de la durabilité.

--> Pour aller plus loin : ici 

… Puis une définition rigoureuse du bien-être animal

Pour Luc Mounier, enseignant-chercheur et coordinateur de la Chaire “Bien-être animal” à VetAgro Sup, le bien-être animal est un sujet majeur en élevage aujourd’hui. Le bien-être des animaux est défini comme « l'état mental et physique positif lié à la satisfaction de ses besoins physiologiques et comportementaux, ainsi que ses attentes. Cet état varie en fonction de la perception de la situation par l'animal ». Les pratiques courantes sont alors réinterrogées à la lumière de cette définition et des connaissances nouvelles sur les animaux. C’est le cas par exemple du mode d’élevage en bâtiment. Les consommateurs et citoyens souhaitent voir davantage les animaux en extérieur. Mais l’élevage en plein air apporte-t-il plus de bien-être aux animaux ? Luc a ainsi démontré aux participants que, comme bien souvent, ce n’est pas aussi simple.

--> Pour aller plus loin : ici

Trois témoignages

Enfin, Chloé, Christelle et Clément, tous les trois éleveurs, ont présenté leurs élevages et ont pu témoigner par leur expérience du souci constant qu’ils ont du bien-être de leurs animaux et de la satisfaction personnelle d’en prendre le plus grand soin.

--> Pour aller plus loin : ici 

Cette rencontre a été animée par Virginie Klauser, chargée de projets en médiation au Dôme.

Cet article a été rédigé par Clémence Bitu de l’Association LIT Ouesterel.

Actualités, rendez-vous, articles et ressources, ... Suivez toute l'actualité du parcours dans notre dossier spécial "ANIMAGINE : Le bien-être animal, on en parle ?".