"Écosystèmes normands en danger" : un jeu des 7 familles pour découvrir la biodiversité

Publié par Presqu'en Fabrique, le 13 avril 2023   360

Le jeu “Écosystèmes normands en danger” a été conceptualisé et élaboré par le collectif Presqu’en Fabrique. Ce collectif a été créé en 2020 par le tiers-lieu caennais "le Dôme", réunissant les étudiants de l’EM Normandie (Master SDT- Stratégies de Développement et Territoires) et Sciences Po Rennes (Master In Situ - Stratégies Innovantes des Territoires Urbains). L’objectif est de déployer des stratégies d’urbanisme tactique en s’inspirant du jeu et des méthodes de game design. 

En collaboration avec les habitants, “Presqu’en Fabrique”,  propose de concevoir des jeux en s’inspirant des enjeux de la Presqu’île, tels que la biodiversité, le risque de submersion, ou encore les inégalités socio-économiques. 

Le jeu “Écosystèmes normands en danger” a été testé et co-construit de manière participative lors d’un atelier organisé par le Dôme. Deux groupes composés de publics extérieurs au Collectif et au Dôme ont ainsi pu jouer au jeu dans sa première version et ont partagé des pistes d’amélioration. 


“Écosystèmes normands en danger” est un jeu sur la thématique de la biodiversité. Il se base sur la faune et la flore normandes. Dans ce cadre, le joueur endosse le rôle d’un naturaliste qui cherche à reconstituer un écosystème normand. Le but du jeu est à la fois d’être le premier à obtenir un écosystème complet, mais aussi d’obtenir le plus d’écosystèmes possibles. C’est donc un jeu qui se joue seul, et non en équipe, entre 2 et 6 joueurs.

D’inspiration du jeu des “7 familles”, le jeu “Écosystèmes normands en danger” se compose lui de six familles. 

Il y a d’abord cinq groupes d’êtres vivants, composé chacun de six membres: 

  • Les végétaux 
  • Les piafs
  • Les insectes
  • Les poiscailles 
  • Les animaux nocturnes

Le dernier groupe s’intitule la “Good family”. Il regroupe des organismes de protection de la biodiversité composé d’associations locales et d’institutions étatiques. Il s’agit de cartes comportant des questions et qui permettent de valider un écosystème. Un écosystème est constitué d’un membre de chaque groupe d’êtres vivants (végétaux, insectes, piafs, posicalles, animaux nocturnes).

Chaque joueur commence avec cinq cartes dans sa main s’il y a 6 joueurs. Si le nombre de participants est inférieur à 6, le reste des cartes non distribuées sert de pioche. Un joueur peut piocher dans la pioche quand les cartes qu’il a en main ne lui permettent pas de jouer. Si la carte pioché ne permet pas de constituer son écosystème, il laisse la carte dans sa main et la passe au joueur suivant. 

Le  contenu des cartes permet de pouvoir répondre aux questions d’une carte “Good family”. 

Le joueur le plus jeune commence. 

A chaque tour, chaque joueur pose une carte devant soi pour constituer son écosystème au fur et à mesure. Le joueur dit à voix haute le nom de l’animal ou du végétal de la carte qu’il pose et son état de protection qui est inscrit sur la carte, pour permettre aux autres de connaitre les différentes espèces présentes dans le jeu. 

Une fois une carte posée, le joueur passe sa main de jeu à son voisin de gauche et ainsi de suite jusqu’à épuisement des cartes. 

Certaines cartes du groupe “êtres vivants” sont en interaction les unes avec les autres. Ces interactions sont indiquées sur les cartes concernées. 

Pour bénéficier d’une interaction, il faut que le joueur ait ces deux cartes dans son écosystème. L’interaction permet alors de piocher une carte au choix dans l’écosystème d’un autre joueur. 

Exemple: La carte Hérisson est en interaction avec la carte Sauterelle. Le joueur qui dispose de ces deux cartes et les pose, une à une, dans son écosystème, bénéficie de l’interaction.

Une fois cinq cartes de chaque famille différentes obtenues et posées sur la table, le joueur doit demander aux autres joueurs, au tour suivant, à ce que son voisin de gauche lui pose une question du groupe “Good family”. 

Au niveau 1 du jeu, les réponses aux questions de la “Good family” se trouvent dans les cartes “êtres vivants”. Si le joueur répond correctement, il valide son écosystème, qui devient protégé et intouchable aux attaques extérieures (aucun autre joueur ne pourra vous piquer un élément de votre écosystème). S’il échoue, il devra répondre à une autre question au tour suivant. 

Au niveau 2 du jeu (qui permet de rejouer au jeu plusieurs fois), les réponses aux questions de la “Good family” ne relèvent pas des informations présentes sur les cartes du jeu mais de la culture générale des joueurs.

La partie est finie quand trois joueurs sur les six ont protégé leur écosystème. 

Ce jeu, disponible au Dôme, y a été fabriqué grâce aux matériaux et machines mis à disposition.