MÉDIATION > Des chercheur·se·s dans les bibliothèques

Publié par Virginie Klauser, le 28 novembre 2022   330

Issue d’un partenariat entre l’association Normandie Doc’ et le Dôme, l'évènement Rendez-vous avec un·e chercheur·se a été accueilli dans les bibliothèques et médiathèques de Normandie à l’occasion de la 30e et 31e édition de la Fête de la Science. Ce sont 8 puis 11 jeunes chercheur·se·s la seconde année qui ont parcouru quelques kilomètres en Normandie pour présenter leurs travaux de thèse sous l'angle des Fake news. 

PARTIR À LA RENCONTRE DU PUBLIC DANS DES PETITES BIBLIOTHÈQUES

De Dives-sur-Mer en remontant dans la Manche à Brecey, les thématiques de recherche abordées en bibliothèques ont pu en surprendre plus d’un·e ! L'objectif était de déconstruire les clichés sur des sujets portés par ces scientifiques, de développer l'esprit critique et surtout de créer de l'interaction autour du sujet. Des conférences de trente à soixante minutes se sont ainsi déroulées, donnant lieu ensuite à plus ou moins d'échanges passionnés entre le public présent et ces jeunes chercheur·se·s : en deux ans, 17 lieux ont pu bénéficier du dispositif avec plus de 200 personnes touchées.

Des sujets d’actualités autour de la justice pénale française ont été discutés par Martin Paumelle, doctorant en droit à l’Institut Demolombe ainsi que des sujets historiques autour de la guerre en Normandie par Charlotte Barnabé et Guillaume Yverneau, doctorant·e·s au laboratoire HisTéMé. Des débats intéressants se sont déroulés autour de l’expérimentation animale, sujet de recherche présenté par Solenn Percelay, psychopharmacologue au laboratoire COMETE-INSERM et de la pollution de l’air intérieur avec Carine Hajjar, doctorante au laboratoire ABTE. Lisa Poncet, doctorante au laboratoire ETHOS, a tenté de monter à son auditoire que les poulpes étaient probablement des extra-terrestes ultra-intelligents. Le citron glacé est bien plus efficace qu’une chimiothérapie pour détruire un cancer, c’est la question discutée par Célia Brochen, doctorante à l’Unité de recherche interdisciplinaire pour la prévention et le traitement des cancers. Un sujet de thèse autour d’un décorateur de cinéma ? Léa Chevalier, doctorante au laboratoire LASLAR avait des informations et anecdotes passionnantes à raconter à son auditoire. 

L'intervention s'est très bien passée. Même si peu de personnes étaient présentes, j'avoue que cela ne m'a pas dérangé. Au moins, chacun·e était intéressé·e et nous pouvions échanger plus librement...

Léa Chevalier, doctorante en Cinéma

Pour l'édition 2022,  ce sont des interventions autour du changement climatique menées par Camille Langlais et Manon Théraud du Laboratoire de Psychologie Caen Normandie, mais également par Baptiste Delaunay, doctorant au laboratoire ABTE. Des doctorantes du laboratoire GREYC, Zaineb Ibork et Sara Majbour ont également abordé les technologies 3D et les systèmes de reconnaissance biométriques. Certains intervenants de l'année précédente ont également renouvelé leur engagement comme Martin Paumelle. La schizophrénie a également été abordée par Caroline Lahogue, doctorante en neurosciences au laboratoire COMETE et Jérémy Lefort-Besnard, post-doctorant dans le même laboratoire à quant à lui abordé les fake-news en neurosciences. Nous avons également retrouvé des fake-news dans la littérature du XIXe siècle avec l'intervention de Justine Richard, doctorante au laboratoire LASLAR.

La rencontre s'est très bien passée, j'ai invité le public à me poser des questions pendant mon intervention. C'était vraiment intéressant ! Au final le format a un peu changé au fur et à mesure, le côté conférence descendante s'est transformé en  format "questions/réponses", beaucoup plus plaisant et vraiment très interactif. Et au final, si je peux leur parler de ce qui les intéresse le plus, autant en profiter !

Martin Paumelle, doctorant en Droit (à l'époque de la citation et maintenant docteur !)

De nouvelles pistes se profilent déjà pour l'opération 2023 qui a déjà suscité l'intérêt de plusieurs bibliothèques de la région Normandie. 

FAIRE DE LA MÉDIATION QUAND ON EST JEUNE CHERCHEUR·SE

Le quotidien d’un·e jeune chercheur·se, et notamment de doctorant·e est rythmé par de nombreuses activités et ne se cantonne pas à la vie au sein de son laboratoire de recherche. La médiation scientifique apporte véritablement une plus-value au parcours d’un·e doctorant·e. Elle permet de prendre du recul sur son sujet de recherche et de le présenter auprès d’un public varié, grand public ou public scolaire. De nombreuses actions et formats de médiation permettent ainsi au doctorant·e de se mesurer aux questions du grand public et permettent de faire progresser la réflexion sur son sujet de recherche. Ces actions sont également de plus en plus valorisées dans la formation doctorale et davantage reconnues par les instances officielles dans le milieu scientifique.

Investie dans différentes actions de médiation scientifique depuis le début de ma thèse en 2019, je me suis engagée au sein de l'association Normandie Doc' lors de sa création en janvier 2020 avec pour objectif de mettre en lumière le travail des doctorants et des doctorantes. C'est donc tout naturellement qu'avec d'autres collègues déjà investis dans la médiation scientifique, que nous nous sommes tournés vers Le Dôme pour penser et construire de nouveaux formats à destination du grand public. Collaboration qui est un véritable succès et qui attire chaque année davantage de jeunes chercheurs à communiquer auprès du grand public !

Marie Anquetil, doctorante en Psychologie et secrétaire de l'association Normandie Doc'

LA FORCE DU PARTENARIAT ENTRE L’ASSOCIATION NORMANDIE DOC' ET LE DÔME

Depuis la création en 2019 de l'association Normandie Doc’ : une association par les doctorant·es pour les doctorant·e·s, Le Dôme accompagne ses membres et ses idées. Cette association de doctorant.e.s et de docteur.e.s de la région Normandie, soutient et engage des actions de valorisation et de médiation scientifique auprès du grand public. Toutes les disciplines y sont représentées, aussi bien les sciences humaines et sociales que les sciences technologie et santé.

Les 2 structures ont pour ambition de fédérer une communauté de jeunes chercheur·se·s autour d'actions communes comme des temps conviviaux mais également des temps de formation ou de médiation scientifique.

Depuis ce partenariat, des projets et collaborations se sont renforcés autour d'évènement comme l'Atelier des chercheur.se·s dans les établissements scolaires normands pour découvrir le quotidien et les travaux de recherche des doctorant·e·s normand·e·s, Chercheurs · Chercheuses un format plutôt pour les familles autour de stands interactifs et cette fameuse opération durant la Fête de la science : Rendez-vous s avec un·e chercheur·se fortement apprécié par le réseau des bibliothèques et son public

REMERCIEMENTS

Cet événement a été soutenu financièrement par la CASDEN-Banque Populaire qui a offert une subvention à l’association pour prendre en charge leurs déplacements.

Vous souhaitez en découvrir davantage sur l'association Normandie Doc'?