Fête de la science 2021 : près de 200 personnes ont répondu présentes

Publié par LIT OUESTEREL, le 8 mars 2022   83

Dans le cadre de la fête de la science 2021, l’association du LIT OUESTEREL s’est associée au domaine expérimental INRAE du Pin au Haras pour proposer diverses animations. Du 05 au 13 octobre, 24 personnes du grand public, 154 apprentis et lycéens et lycéennes Normands et leurs 14 accompagnateurs sont venus découvrir les infrastructures et les différentes activités menées au domaine expérimental du Pin (61). Au programme de chaque demi-journée : une présentation d’INRAE et de l’unité expérimentale du Pin, des métiers de la recherche et des dispositifs expérimentaux en cours : « Effialim » sur la génétique animale et « Tripl’ XL » sur la conduite l’élevage en système herbager. Les visites étaient suivies d’un atelier sur le bien-être des bovins laitiers, animé par l’association du LIT OUESTEREL.

Le bien-être animal, c’est quoi pour vous ?

Les participants ont pu prendre une demi-heure en fin de visite pour parler du bien-être des animaux d’élevage ; en commençant par une définition. Parmi les principaux éléments mentionnés, on recense la bientraitance des animaux, le respect des besoins fondamentaux, l’absence de peur, de stress et de douleur, un environnement de vie le plus proche de leur environnement nature, des animaux en bonne santé, l’accès à l’extérieur, et bien-être physique et mental. Il ressort des échanges que les publics reçus sont globalement à l’aise avec la notion de bien-être animal.

Mais en pratique, une vache, elle est « mieux » dehors ou dedans ?

Durant la visite du domaine, les participants ont pu voir deux troupeaux conduits dans 2 systèmes complètement différents :

Un troupeau de 60 vaches laitières de race Prim Holstein, hautes productrices. Ce troupeau est conduit uniquement en bâtiment. La traite est réalisée à l’aide d’un robot et les rations sont à base de maïs ensilage.

Un troupeau de 150 vaches laitières de race Prim’ Holstein, Normande et Jersiaise conduite du printemps à l’automne au pâturage. Ces animaux ne consomment que de l’herbe (pâturée pendant la belle saison, ensilage d’herbe ou enrubannage l’hiver).

Interrogés sur leur perception du bien-être des animaux, la plupart des groupes ont indiqué spontanément que les vaches au pâturage semblaient mieux. Mais après quelques instants de réflexion, les participants ont indiqué que l’élevage en bâtiments présentait des avantages, comme celui de mettre les animaux à l’abri en cas d’intempéries. Le sentiment de protection des animaux y est plus fort, les animaux mangent à volonté et l’éleveur peut plus facilement leur apporter ce dont ils ont besoin. Enfin, les déplacements y sont limités, évitant ainsi les blessures et fatigues.

En tant que consommateurs, comment favoriser l’amélioration du bien-être animal ?

La réponse est quasi unanime : en faisant attention à ce qu’on achète ! Et ainsi privilégier les produits locaux, labellisés, et les circuits courts. Mais ce n’est pas si simple de comprendre les étiquettes. Pour d’autres, il n’y a pas que la façon de consommer qui peut influer sur le bien-être des animaux mais aussi notre propre comportement à proximité des animaux, tant en tant qu’éleveur que voisin ou voyageur.

Un grand merci à tous les participants pour leur contribution au projet ANIMAGINE, le bien être animal on en parle ?

Merci aux étudiants en Licence pro Conseil en élevage spécialisé bien-être animal du lycée le Robillard et à leur enseignante, Céline Lemignier pour la co-animation d’un atelier.

Merci également aux organisateurs de la fête de la Science en Normandie, et notamment à Frédéric Launay (directeur du domaine expérimental du Pin) et à Annabelle Bachelet (Ingénieure d’étude au Pin) pour leur accueil, la co-organisation de cet évènement, et leur aide pour l’animation de l’atelier.

Cet article a été rédigé par Clémence Bitu de l’Association LIT Ouesterel.

Actualités, rendez-vous, articles et ressources, ... Suivez toute l'actualité du parcours dans notre dossier spécial "ANIMAGINE : Le bien-être animal, on en parle ?".