Usages des open badges au service d’un parcours

Publié par Julie Cahu, le 7 avril 2020   670

Xl fig travaux mc

Afin d’imaginer des nouveaux usages des open badges, une classe de mention complémentaire en vente au CIFAC a participé à 3 ateliers de co-conception sur les usages des open badges au service d’un parcours.

Le CIFAC (Centre Interprofessionnel de Formation de l'Artisanat du Calvados) est le Centre de Formation d'Apprentis de la CMAI (Chambre des Métiers et de l’Artisanat Interdépartementale Calvados Orne), organisme consulaire représentant les intérêts de l’Artisanat. En 2018, l’établissement a pris part, avec le réseau CANOPE, le pôle ATEN de la CMAI et la Chambre Régionale d'Agriculture, au programme sur les usages des open badges soutenu par des Fonds Européens FEDER et la Région Normandie, piloté par le Dôme.

Le CIFAC s’est déjà engagé dans plusieurs actions d’acculturation comme « Badgeons les olympiades »  en collaboration avec le pôle ATEN, « Badgeons les journées portes ouvertes », des ateliers d’acculturation auprès d’adultes en reconversion professionnelle… Tout en poursuivant ces actions d’acculturation, des ateliers de co-conception des usages des open badges ont débuté avec une classe de mention complémentaire en vente.

Ces ateliers de co-conception ont été centrés sur les nouveaux usages des open badges au service d’un parcours. Suite à une réflexion collective sur la notion de parcours, les apprenties se sont orientées vers 2 cas concrets :

  • comment les open badges peuvent m’aider pour changer de métier ?
  • comment les open badges peuvent m’aider pour créer mon entreprise ?


Des open badges comme outils de « screening ».

Un premier groupe a travaillé autour des usages des open badges dans le cadre d’une réorientation professionnelle.
Partant du postulat que les savoir-être et savoir-faire acquis jusqu’alors sont transférables vers un nouveau métier, les apprenties ont imaginé trois badges, en précisant leurs critères d’obtention et leurs émetteurs, pour chacune des catégories suivantes : savoir-être personnels, professionnels, personnels et professionnels, et les savoir-faire professionnels. Devant la porosité des catégories et la diversité des émetteurs, elles ont proposé que les badges soient utilisés comme outils de « screening » de l’écosystème d’une personne souhaitant se réorienter professionnellement. Le schéma suivant illustre cet usage.


Les deux autres groupes ont planché sur les nouveaux usages des open badges au service du parcours « créer mon entreprise ».


Des open badges comme « calculateurs ».

Les apprenties d’un premier groupe ont imaginé les badges et leurs nouveaux usages dans le cadre de la création d’une boulangerie : Queen’s Boulange.

Dans un premier temps, elles ont identifié les étapes de leur parcours :
1- trouver un local correspondant aux critères
2- contacter la banque pour un emprunt
3- budgéter le matériel nécessaire
4- suivre une formation en comptabilité
5- trouver des employés répondant aux critères

Dans un deuxième temps, elles ont imaginé un open badge par étape en précisant son émetteur, son bénéficiaire et les critères d’obtention. Cela a permis de mettre en relation certains de leurs badges et ainsi de faire émerger un usage de « calculateurs » des open badges. Cet usage est illustré ci-dessous.


En parallèle, pour animer ces trois ateliers et poursuivre l’acculturation, 5 open badges ont été proposés aux apprenties. Les attributions se sont faites sur avis unanime du groupe.

Malgré un sujet encore un peu abstrait, les apprenties se sont montrées impliquées lors des ateliers. Faute de temps due aux circonstances actuelles, les nouveaux usages proposés n’ont pu être approfondis.
D’autres ateliers, de co-conception et de co-prototypage, seront mis en place à la rentrée prochaine au CIFAC.

Un grand merci à Manon Beaury, Malika Boscher, Célia Bourrée, Mendy Dodeman, Elodie Duval, Alexiane Duvieu, Morgane Guillot, Emy Lautour, Océnae Liot, Delphine Parent, Madisson Poisson, Sarah Renoult et Mme Beryouni - Lechatellier.