Etudiant·e·s Educ'Spé en mode LivingLab pour une cartographie des lieux ressources pour personnes sans domicile fixe

Publié par Arnaud Rioual, le 4 juillet 2022   150

Bilan de la résidence 2021/22 au Dôme des étudiant·e·s ES (Éducateur Spécialisé) de l’IRTS (Institut Régional du Travail Social).

Chaque année, Le Dôme accueille des groupes d’étudiant·e·s en résidence dans le but de les amener à s’initier aux méthodes et outils proposés par Le Dôme puis à mettre en œuvre leur propre démarche d’innovation ou de recherche participative.

Après un passage au Turfu festival, les étudiant·e·s ES de deuxième année à l’IRTS Normandie Caen ont poursuivi leur projet DSL (Développement Local Social) en résidence étudiante au Dôme. Sur le temps de cette résidence, ils ont d’abord assimilé les grandes lignes de la démarche LivingLab, se sont lancés dans l’élaboration de déroulés d’ateliers puis les ont animés.

La thématique qu’ils ont retenue pour leur projet DSL est celle de l'information relative aux lieux ressources de l'agglomération caennaise pour les personnes qui n'ont pas de domicile fixe.

Après quelques échanges avec le Dôme, les étudiante·s ont proposé, en grande autonomie, d'organiser les deux premiers ateliers à la Boussole (accueil de jour géré par le CCAS de Caen) avec des publics directement concernés par leur travail.

Ces ateliers ont permis de recenser les types de lieux les plus utiles aux SDF, de faire un premier recensement des lieux existants, de réfléchir à une signalétique efficace, à des pictogrammes parlants... et au matériau à utiliser pour la carte papier, qui se devait d'être imperméable, résistante aux pliages et dépliages, au stockage dans une poche de pantalon... et c'est à la Boussole qu'ils ont trouvé l'idée pour ce matériau : du papier indéchirable justement utilisé par la Boussole pour imprimer leurs brochures informatives.

Un troisième atelier, consacré au co-prototypage de la carte et à ses extensions numériques a été programmé au Dôme pour clore le cycle d'ateliers.  Cet atelier a réuni 14 personnes de divers horizons, dont cinq personnes directement concernées par les problèmes liés à la vie sans domicile fixe et a produit, en s'appuyant sur tout le travail qui avait été mené jusqu'alors, de belles propositions techniques et pratiques.

Un système d'indexation a été validé (pour plus de simplicité de lecture et un repérage plus rapide), de nouveaux pictogrammes ont été créés ainsi que des fonds de cartes. L'ajout de puces NFC, pour les personnes disposant d'un smartphone, a été pensé pour renvoyer vers les sites d'information les plus pertinents concernant les lieux repérés.

Bilan, le travail de co-conception a été très riche et a été effectué avec les publics directement concernés par le sujet. Tous les éléments de prototypage ont été identifiés et en grande partie réalisés.

Reste à mettre en place un dispositif efficace de veille et de mises à jour afin que le travail réalisé reste pertinent dans le temps et s'étoffe de lieux non identifiés lors des séances living lab animées par les étudiants . Ce travail pourrait être mené par les étudiant·e·s de la prochaine promo s'ils souhaitent poursuivre ce projet et le développer.