Co-concevoir les usages de demain avec l’acupuncture urbaine

Publié par Presqu'en Fabrique, le 5 juillet 2021   110

Xl 3

Les 10 et 12 mars 2021, le collectif Presqu’en Fabrique a mobilisé une trentaine de participant·e·s pour co-imaginer de nouveaux usages sur trois terrains de la Ville de Caen : la place de la Liberté, des places de parking, et les blocs bétons.

LIVING LAB ET ACUPUNCTURE URBAINE ?

Notre objectif est de faire participer les citoyen·ne·s et usagers des quartiers et espaces concerné·e·s aux différentes phases d’élaboration, de conception et de réalisation. Ces dernières ont été coordonnées par les étudiant·e·s de Sciences Po-Lille et de Ecole de Management Normandie de Caen.

Pour ce faire, nous nous sommes inspirés de la démarche Living Lab et de Design Thinking :

Après un temps d’accueil, nous avons introduit le concept d’acupuncture urbaine : une méthode de conception des espaces urbains précis, à l’échelle micro-locale, et moins coûteuse qu’un aménagement classique.

A l’aide de quelques exemples tirés de l’exposition sur l’urbanisme tactique du Pavillon, les participant·e·s ont pu s’inspirer de démarches similaires à celles que nous souhaitons utiliser sur nos trois terrains :

  • La place de la Liberté (Guérinière)
  • Les places de parking (Rues Gémare et Calibourg)
  • Les blocs bétons de la Presqu’île

RE-PENSER LES USAGES DE L'ESPACE PUBLIC

Suite à ce temps d’introduction aux enjeux de l’urbanisme tactique, nous avons lancé les participant·e·s dans la phase créative en leur proposant un petit exercice de réflexion. Chacun d’entre eux devait piocher deux cartes : l’une contenant l’un des trois terrains, l’autre le plaçant dans un contexte spatio-temporel particulier. La question était la suivante : à quoi pourrait bien servir ce terrain dans un tel endroit ?

De ces exercices sont nés plus d’une cinquantaine de propositions, réduites à 36 grâce à un travail de convergence à grand renfort de votes, de gommettes et de débats.

L’ORGANISATION INTERNE DU COLLECTIF

Pendant qu’une partie de l’équipe organisait et animait les ateliers, le reste des étudiant·e·s réalisaient un travail de fond sur le collectif :

  • Quelles sont nos valeurs, et comment les évalue-t-on ?
  • Comment construire notre modèle économique ?
  • Comment documenter notre démarche afin d’essaimer nos pratiques ?

Pour ce faire, nous avons constitué quatre équipes :

  • La team Charte, qui débattait des enjeux de la transition, de notre point de vue en tant que futurs professionnels, pour en déduire les valeurs centrales de notre collectif
  • La team Modèle économique, qui s’interrogeait sur la valeur produite par notre démarche, le coût induit, ainsi que sur les différents leviers financiers pour nous permettre de disposer des matériaux et des outils nécessaires à notre projet.
  • La team Documentation, qui préparait une liste de documents à remplir afin de récupérer toutes les informations nécessaires à la rédaction de ces articles, ainsi que du document de passation à destination de la promotion suivante.
  • La team Animation, qui préparait, animait et débriefait les ateliers avec le public, afin de faire émerger des propositions d’aménagement, et les faire converger sur celles suscitant le plus d’adhésion.

Grâce à ce travail collectif, nous avons pu aboutir à 36 propositions d’aménagement, une liste de valeurs adossées à des critères et des indicateurs précis, ainsi que sur la documentation détaillée de l’ensemble de la démarche. 

Prochaine étape : mobiliser les habitant·e·s dans la sélection des projets grâce à une campagne de vote en ligne !

Crédits photos : Collectif Presqu'en Fabrique


Pour plus d’informations sur les ateliers de co-conception de mars, téléchargez le document de restitution en pièce jointe !


Découvrez notre l'intégralité de notre démarche dans notre dossier spécial !