Captil, un an après

Publié par Guillaume Dupuy, le 17 novembre 2014   990

Xl captil

Il y a un an, Jean-Marc Routoure recevait au nom du Groupe de recherche en informatique, image, automatique et instrumentation de Caen (GREYC) le Prix Musée Schlumberger 2013 pour son projet Captil. Un an après, où en est ce projet ?

Avec le dispositif “Captil”, Jean-Marc Routoure voulait permettre au grand public de mieux comprendre comment une machine peut interagir avec son environnement grâce aux capteurs.

Même s’il y a eu quelques tentatives d’amélioration technique par des étudiants pendant l’année, “Captil” est resté dans sa version initiale. “Le projet était abouti par rapport aux objectifs que nous nous étions fixés l’année dernière” indique Jean-Marc Routoure. “Nous nous sommes donc plus concentré sur la médiation.”

L’équipe du GREYC a ainsi multiplié les occasions de rencontre avec les publics. Après la Fête de la Science en octobre 2013, “Captil” a été présenté lors des visites de laboratoires organisées tout au long de l’année avec des lycéens. Le dispositif a aussi été présenté aux Rencontres académiques de la culture scientifique et technique “EcolySciences” et aux Journées nationales du numérique.

Au printemps, “Captil” a participé aux résidences “Compléments d’objet” organisées par Relais d’sciences et Le Style. “Deux étudiants de l’ESAM se sont saisis du dispositif avec pour consigne de guider “Captil” avec la lumière” précise Jean-Marc Routoure. “Au bout d’un mois, ils avaient imaginé une table transparente équipée de vidéoprojecteurs. Le robot détectait les couleurs des images projetées et modifiait en fonction sa direction.”

Une nouvelle piste qui a donné des idées au chercheur du GREYC pour augmenter l’interactivité du dispositif. “L’année prochaine, je voudrais faire évoluer “Captil” sous la forme d’un jeu. L’idée serait de faire s’affronter 2 robots. Le premier serait contrôlé par un joueur grâce à une tablette. Il y dessinerait des lignes de couleur pour guider son robot ou des formes pour tirer ou utiliser un bouclier. Le second robot serait guidé par le son ou par une autre tablette.” Le projet est aujourd’hui en attente des demandes de financement déposées auprès de dispositifs régionaux de mécénat.

Jamais à court d’idées, Jean-Marc Routoure a également utilisé le dispositif “Captil” dans le cadre de ses cours : “Dans le cadre des enseignements transversaux, nous avons mis en place un concours de robotique pour travailler sur la culture de projet. Chaque étudiant devait réaliser une machine capable de retrouver un aimant sur un plateau. Ce projet a abouti à une présentation publique sur le campus animée par les étudiants de la Corpo sciences Caen.”

Une forme d’enseignement qui correspond bien au chercheur : “L’Université de Caen Basse-Normandie nous encourage à développer la pédagogie numérique. “Captil“ est un outil très intéressant lorsque l’on cherche à développer l’autonomie et le questionnement.”

A la question de savoir quel impact l’aventure “Captil” a eu sur lui, Jean-Marc Routoure répond sans détour : “Ce projet et les rencontres qu’il m’a permis de faire m’ont confirmé que les métiers de la recherche et de l’enseignement supérieur était des métiers de créatifs. Aujourd’hui, j’ai un peu changé de métier et j’y trouve beaucoup d’intérêts.”


Crédits : Ville de Caen/F. Decaens (DR).