Full fond4

Communauté

Le Dôme

Des Open badges au service de l'insertion professionnelle

Publié par François Millet, le 3 avril 2018   3.2k

Xl capture d e cran 2018 04 03 a  22.14.21

Le programme “Parcours digital” développé en partenariat l'Ecole de la deuxième chance vise à favoriser l’insertion professionnelle de jeunes en décrochage scolaire par l’appropriation des machines d’un FabLab : l’occasion idéale d’explorer la conception, les usages et les enjeux des badges numériques ouverts pour les publics. Présentation croisée de cette démarche avec Matthieu Debar, pilote de ce projet pour Le Dôme.

UN PROJET "FABLAB SOLIDAIRE"

Le programme "Parcours digital" s'adresse à des jeunes de 15 à 20 ans en marge du système scolaire. Il est porté par Le Dôme, l'Ecole de la deuxième chance (E2C Normandie), la Mission locale Caen la Mer/Calvados Centre, la Protection judiciaire de la jeunesse, avec l’accompagnement des membres d’Orange solidarité et des étudiants de l’Université de Caen Normandie. Il bénéficie également du soutien de la Fondation Orange dans le cadre du dispositif "FabLabs solidaires".

Sous l'impulsion des personnels d'encadrement, ces jeunes viennent découvrir la chaîne conception et fabrication numérique au Dôme. Cette découverte ne passe pas par l’angle traditionnel de l’écran ou de l'applicatif mais par celui d’un FabLab. Cet atelier de fabrication propose des outils traditionnels et des machines à commande numérique (découpe laser, fraiseuse, imprimantes 3D, ...) afin de créer toute sorte d’objets, de façon manuelle ou assisté par ordinateur. 

Premier contact des participants du parcours digital avec l'univers du Fab Lab du Dôme.

Le FabLab est un espace ouvert à tous offrant la possibilité de réparer ou réaliser des objets par soi-même, de partager ses compétences et d’apprendre au contact des personnels du Dôme et des autres usagers. Ce lieu d'échange de savoirs et de savoir-faire offre l’opportunité à des jeunes en rupture avec les méthodes d’enseignement classique de suivre une expérience numérique unique. Au cœur de cette expérience, on retrouve la main comme canal d'apprentissage et le droit à l'erreur comme partie prenante d'un processus itératif nécessaire à l'acquisition de compétences.

Un des éléments qui motive l’appropriation des open badges par Le Dôme est celui de l’engagement et de l’autonomisation des usagers de son FabLab. Après une première expérimentation à l'occasion du Turfu festival, c’est tout naturellement que ce concept a été mobilisé pour formaliser ce “Parcours digital”.

LA RECONNAISSANCE D'UN PARCOURS

Comme son nom l’indique, ce projet basé sur la réalisation et le partage de projets concrets est conçu comme un parcours en plusieurs étapes :

  • Une première visite centrée sur des démonstrations des différentes machines du FabLab.

  • Une seconde séance permet de manipuler les machines et de construire un objet simple.

  • Par la suite, et sur la base du volontariat, les jeunes s’inscrivent dans une trajectoire qui s'amorce par une prise en mains individuelle et progressive de 4 machines : imprimante 3D, découpe laser, découpe vinyle, brodeuse numérique

  • Le projet se termine par un projet collaboratif autour de la création d'un objet complexe.

Lors de cette dernière phase, les jeunes sont placés en autonomie. Ils doivent gérer un calendrier et un budget. Ils sont accompagnés par un "parrain", étudiant en licence d’informatique à l’Université de Caen Normandie. 

La capacité des Badges numériques à valoriser chaque étape de ce parcours ainsi que le caractère individuel du projet, en fait donc des objets particulièrement adaptés. Ce parcours a ainsi été traduit comme une arborescence de badges, utilisant notamment leur capacité à être réunis au sein de “méta badge” pour concrétiser l’aboutissement de certaines étapes ou l’obtention de certains “statuts”.

DES USAGES AU-DELÀ DU PARCOURS

Les badges mis en place interviennent sur toutes les phases du programme. Ils ont été réfléchis dans une double perspective : répondre aux besoins du “Parcours digital” sans compromettre un potentiel usage plus large dans le cadre de n'importe quel FabLab, dont celui du Dôme.

En effet, la communauté des FabLabs est l’une des premières à s’être saisi des Open badges comme outil d’accompagnement de ses usagers, à l’image du FabLab de Grenoble qui collabore avec Le Dôme depuis son origine. Ainsi, les jeunes s’inscrivent dans une démarche qui va au-delà du projet qui leur est dédié. En cela il constitue déjà une première marque de valorisation.

Les Open badges du “Parcours digital” ont été définis par l'ensemble des partenaires du projet. Ils avaient pour cela participé et bénéficié de la journée d'étude organisée avec le Dôme par le collectif "Badgeons la Normandie" dans les locaux du Réseau "Canopé". Leur travail a ainsi débouché sur trois objectifs :

  • reconnaître des compétences,

  • témoigner d’un parcours non gradés (pas de notion de niveau),

  • être évolutifs et universalistes dans leurs usages.

Autant de points en écho direct avec les préconisations de la première expérimentation sur les badges menée à l’occasion du TURFU Festival.

ANATOMIE DES BADGES

C'est Quentin Laloux, Service civique au Dôme et diplômé d'un DSA en design et création numérique, qui a effectué les recherches graphiques pour exprimer ces trois objectifs. 

À chaque machine son pictogramme. Celles-ci sont représentées par leur fonction essentielle :  une buse qui dépose du fil dans la cas de l'impression 3D, une lame dans le cas de la découpe vinyle. Utilisé seul, le visuel indique que la personne bénéficiaire a vu la machine. 

Chaque visuel peut être complété de 3 autres pictogrammes qui viennent traduire le parcours pour témoigner de ce que la personne détentrice peut/sait faire. Pour cela, le jeune graphiste a choisi de donner une place centrale à la main, symbole du faire, canal d'acquisition de nouveaux savoir-faire. Cette main est graphiquement déclinée sous des formes qui qualifient le potentiel du détenteur. Elle précise et améliore les déclinaisons existantes dans les autres formes de badges de savoir-faire.

La logique est la même pour des badges relevant de l’utilisation de logiciel spécifiques à la conception 2D et 3D. L'ensemble est regroupé dans un super méta-badge "Concevoir et fabriquer dans un FabLab".

Si la nécessité d’inclure une dynamique de posture  - déjà exprimée dans les précédentes versions des badges - se retrouve ici confirmée, celle-ci ne détermine par un niveau mais par une approche volontariste pour bien les différencier du diplôme. Les badges ne sont pas (uniquement ?) une attestation ou un certificat, ils ne se concentrent pas sur ce qui a été fait mais sur ce que la personne détentrice peut faire. Par ailleurs, cette nouvelle piste offre l'avantage d'être objective et évite les dénominations "genrées".

EN ATTENDANT LA SUITE

Les badges ainsi créés sont utilisés pour motiver les jeunes, reconnaître des savoir-faire et enrichir leur CV. Cette vocation est déjà documentée par la communauté qui travaille sur les usages des Open badges à l'image du travail réalisé par Geoffroi Garon, de l'association Communautique (Montréal).

Fig3. D'après Geoffroi Garon-Épaule : usages et contextes d'utilisations de badge en FabLab et LivingLab

Les badges prototypés dans le cadre du “Parcours digital” sont proposés depuis mars 2018. Ils préfigurent des usages en terme d’insertion professionnelle qui restent à approfondir et qui doivent passer par la structuration d’un “écosystème de confiance” autour du projet. Car aujourd’hui, mis à part l’intégration sur un CV ou une diffusion sur les réseaux sociaux, la capacité d’interaction et d’usage des badges reste limitée.

Si ces badges pourraient être utilisés dès à présent dans un cadre d’usage dépassant le “Parcours digital”, ils permettent surtout d’identifier les bonnes pratiques, les convergences et les dénominateurs communs avec les autres cadres et publics de diffusion de badge du Dôme : événementiels, parcours et ateliers d’innovation ouverte, formations de doctorants, … Après la première expérimentation posée avec le TURFU Festival et aujourd'hui déclinée dans d'autres activités, ils constituent un pas supplémentaire dans la conception et la structuration des Badges numériques au Dôme. Ils permettent également de ne pas s’enfermer dans la production de référentiels de compétences, certes essentielle, mais déjà largement couverte par d’autres acteurs, qu’ils soient professionnels de la formation ou référents dans le paysage des FabLabs.

Cette démarche enrichit le dialogue avec le réseau des ateliers de fabrication numérique normands, “FabNormandie”, et préfigure des pistes de nouvelles formes de collaboration et d’interactions. Reste que les modalités de service et d'usages concret de ces badges pour l'insertion professionnelle restent à imaginer. 

Ces pistes d'usages des Badges numériques au service de la mise en vie du réseau des FabLabs et ses écho avec les besoins du collectif "Badgeons la Normandie", feront l’objet d’un prochain article.

solution : 1-d, 2-a, 3-b, 4-e, 5-c


Annonces, rendez-vous, expérimentations et retours d'expériences, ... Suivez toute l'actualité sur les "Open Badges" dans notre dossier spécial "Badges numériques".