Retour sur… Mercredis de l'hydrogène : 6 mois de prototypage collaboratif

Publié par Pauline Ducoulombier, le 30 juillet 2019   71

Xl img 1592

Depuis janvier 2019, à raison d’un atelier par mois, une vingtaine de participants est venue pour co-prototyper des scénarios d’usage imaginés dans le programme “TÉTHYS”. Âgés de 16 et 79 ans, venus d’horizons divers, ces “makers” ont donné corps à des idées/concepts pour les rendre plus concrets et mieux comprendre le fonctionnement et la technologie qui se cachent derrière. Cinq projets ont été développés au cours de ces ateliers, dont le prototype de “Léon, le robot nettoyeur” qui entrera en production en septembre prochain.

Fin 2017, Le Dôme s’associait aux équipes de l’Université de Caen Normandie et de l’Université de Bourgogne autour du programme de recherche “TÉTHYS” soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR). 200 personnes se sont mobilisées durant l’année 2018 au travers d’ateliers créatifs pour échanger, imaginer et concevoir, avec les chercheurs et les professionnels de l’énergie, 30 idées au service de la transition énergétique. 

Documentation, électronique, modélisation, … .Au fil des mois, le projet de chaque groupe s’est affiné,  des chercheurs, experts en énergie et industriels venus apporter des réponses à leurs interrogations.

LE TEMPS DES EXPERTS

Au cours de ces séances de prototypage, les participants ont posé une vingtaine de questions sur le mur prévu à cet effet.D’un mois sur l’autre, des experts ont été contactés pour répondre directement à la question ou venir aux ateliers afin d’accompagner les projets.

“Des rencontres enrichissantes en fonction du profil, 

de la sensibilité de chacun. Des rencontres toujours fructueuses.“

Les participants ont particulièrement apprécié les échanges avec les experts venus les rencontrer. Des projets tels que l’usine d’hydrogène vert de Port Jérôme ou celui autour de la transition énergétique sur l’île de Chausey ont pu être présenter afin de faire la médiation autour des techniques de l’hydrogène mais aussi à travers des projets ancrés sur le territoire normand. Et plus largement sur la thématique de transition énergétique, des professionnels sont venus parler de leurs projets de navette électrique sur le canal de Caen la mer ou encore de nouvelle génération d'éoliennes et de panneaux solaires. Pour finir et toujours suite aux interrogations des participants, c’est l’Energy Observer, le premier navire propulsé à l’hydrogène et aux énergies renouvelables, qui a été présenté par un expert d’Engie. 

LE PROTOTYPAGE

Lors de la première séance de janvier, les participants ont pu choisir parmi les 30 scénarios d’usages, imaginés au cours des ateliers de 2018, “Se déplacer à l'hydrogène” et “Ruralité, transition énergétique et hydrogène”, des idées qu’ils souhaitaient prototyper. La question de l’autonomie s’est souvent retrouvée au coeur du sujet. Qu’il s’agisse de l’habitat individuel, du plan énergétique d’un hameau et d’une station de recharge de vélo sur des trajets touristiques.

“J'ai apprécié ce qu'est l'esprit du Dôme : 

chacun apporte sa pierre à l'édifice pour vouloir aboutir”

L’ambition initiale de la phase de prototypage du volet Living Lab de “TÉTHYS” était de donner vie à des idées imaginées dans un premier temps au cours d’un atelier créatif de 3h. Il s’agissait de prolonger ces idées, ces réflexions, de les creuser, les questionner et de leur donner forme. Il s’est avéré que les “Mercredis de l’hydrogène” ont vu émerger de nouvelles idées dérivées des premiers scénarios ou reprenant des éléments de ces scénarios. Les participants se sont donc réappropriés ces projets traduisant leurs envies, leur imagination ou encore leurs rêves.

 Au travers des différents projets que les participants ont choisi de développer, ils ont pu aborder différentes questions sur l’énergie mais aussi la mécanique, l’électronique etc. A cette occasion, des experts tels que Jean-Marc Routoure, enseignant-chercheur en mécatronique, Paul Calberg-Ellen et Nicolas Marie, du Point Info Energie de Calvados (Biomasse Normandie) sont venus à la rencontre des participants pour leur apporter les savoirs dont ils avaient besoin.

Cinq projets très divers ont été portés durant les Mercredis de l’hydrogène:

  • La maquette Maison autonome:

“ Nous avions pour but initial de concevoir un projet réunissant différentes sources d’énergies renouvelables dont l’hydrogène, ensuite l’idée nous est venue de créer une maison car c’est un bâtiment que l’on côtoie au quotidien et dont on connaît les dépenses énergétiques. Et l’on souhaitait en apprendre plus sur le fonctionnement de ces différentes sources d’énergies renouvelables mais également apprendre à utiliser les diverses machines du fablab du Dôme. “

  • La maquette Powerwall, pour une maison autonome:

“L’objectif est de produire l’énergie à partir de ressources renouvelables, et de stocker l'excédent sous forme de batterie, condensateur, ou pourquoi pas d’hydrogène. L’enjeu principal d’une maison autonome en énergie est le stockage de l’électricité. Motivés par l’envie de travailler sur des solutions pratiques applicables dans nos habitations, nous avons réfléchi aux possibilités de l’hydrogène. Mais aujourd’hui, ce n’est pas une alternative viable, notre maquette montre donc un stockage sur un mur de batterie.”

“Il semblait intéressant, pour l’ensemble du groupe, de travailler sur une exploitation « moyenne », bocagère, comptant 50 vaches laitières et correspondant à la structure de deux membres du groupe (Emmanuel et Dominique). Ce projet, c’est l’histoire d’une prise de conscience, celle de la complexité des différentes formes de production, de leurs coûts… Par exemple, pour la méthanisation, il est nécessaire d’avoir au moins 120 vaches et de favoriser leur concentration dans des bâtiments (et pas dans les pâturages). Il y a donc une contradiction entre les modèles d’agriculture et la production d’énergie verte.”

  • La maquette  Borne de production et de recharge hydrogène décarbonée autonome:

“La maquette est une représentation imagée d’une station de recharge pour des moyens de locomotion utilisant l’hydrogène. L’un des moyens définis est le vélo. Cette maquette représente une station de recharge autonome présentant à côté des services tels: qu’un espace de détente, de convivialité pour se restaurer, une vigie pour admirer les environs, un parc à vélo, une station météo, une éolienne pour une production électrique assistée par des panneaux solaires, une aire de jeu, des informations pour atteindre la prochaine station et des parcours possibles.”

  • Le prototype de Léon, le nettoyeur:

“Le prototype a comme objectif de montrer qu’un petit robot peut contribuer à nettoyer le bassin Saint-Pierre en surface pour une gamme de polluants qui flottent. Si la démonstration de ce POC (Proof of concept) est satisfaisante alors il sera pertinent d’envisager sa fabrication industrielle avec des partenaires locaux (Norlanda, …)”

Ce prototype rentrera en production à la rentrée, avec une première étape à travers la fabrication des flotteurs durant le TURFU Festival avec l’entreprise Grand Largues Composite et le Lycée professionnel Jules Vernes, section composite. Plus d’information sur Léon dans un article à venir sur Echosciences.

ET MAINTENANT ?

Dans l’ensemble, les participants, ayant répondu à un questionnaire en fin de session, ont indiqué avoir apprécié le travail en équipe et l’approche pluridisciplinaire des projets. Ils sont également satisfait de l’acculturation à l’hydrogène durant les ateliers, notamment grâce aux rencontres avec les experts. Néanmoins un approfondissement sur le sujet leur semble nécessaire pour mieux le maîtriser.

Plusieurs participants ont émis la volonté de prolonger l’expérience à la rentrée. Le groupe travaillant sur Léon sera amené à se réunir à nouveau pour finaliser le prototype. D’autres groupes, s’ils le souhaitent, pourront se réunir en autonomie au sein du Dôme pour poursuivre l’expérience collaborative. D’autres participants ont également exprimé la volonté de présenter leurs projets à des collectivités. Il est d’ailleurs envisagé que ces maquettes puissent être exposées au Dôme mais également hors les murs.

Du leur côté, les équipes de l’Université de Caen Normandie et de l’Université de Bourgogne vont maintenant étudier les données crées par les participants au cours de ces ateliers. Leurs conclusions sont attendues pour 2020.

En parallèle du programme de recherche TÉTHYS, Le Dôme participe également au programme ARTÉMIS porté par le Centre de recherche sur les risques et les vulnérabilités (CERReV) en partenariat avec le Groupe de recherche en électrotechnique et automatique du Havre (GREAH), le Laboratoire des dynamiques sociales (DySoLab) et le Laboratoire universitaire des sciences appliquées de Cherbourg (LUSAC). Dans ce cadre, Le Dôme organisera 4 ateliers participatifs sur le thème de la transition énergétique à travers l’hydrogène sur le territoire normand. Premier rendez-vous le 21 septembre à Vire.

Un worshop de fabrication des flotteurs de Léon le nettoyeur aura lieu les 14 et 15 octobre dans le cadre du Turfu Festival. Un démonstrateur Hydrogène sera également exposé à cette occasion. et pendant  plusieurs mois afin de présenter la méthode de production d’hydrogène par électrolyse et de quelle manière il restitue l’énergie.

Annonces, rendez-vous, interviews, restitutions d'ateliers, ... Suivez toute l'actualité du parcours dans notre dossier spécial "TÉTHYS".